Rythmes scolaires
L’immense majorité des communes
sera à 4 jours l’an prochain
Cela doit devenir la règle partout !
Publié; le 19 décembre 2017, mis à jour le 23 mars 2018 | snudi fo

SIGNEZ ET FAITES SIGNER LA PETITION : Poursuivons la mobilisation !

Nous étions une cinquantaine mardi à Joigny au rassemblement pour le retour à 4 jours, à l’appel des organisations syndicales SNUDI-FO, SNUipp et SUD. 7 des 9 écoles de Joigny et Laroche étaient représentées, certaines étaient fermées.

Une délégation de 8 collègues de 5 écoles de Joigny et Laroche a été reçue, accompagnée par deux représentants SNUDI-FO et SNUipp. Si le Maire ne reviendra pas sur sa décision pour la rentrée prochaine et reste arcbouté sur sa position, nous avons porté avec force et conviction, avec les collègues grévistes et les parents rassemblés devant la mairie, notre revendication : la volonté de retour à 4 jours qui correspond à l’aspiration majoritaire, exprimée par l’ensemble de la communauté éducative, dans la totalité des conseils d’écoles et dans les sondages faits auprès des parents. Les collègues déterminés, qui se sont mis en grève ce jour, n’ont pas obtenu satisfaction pour la rentrée prochaine, mais la position de la mairie n’est plus si ferme et c’est de bonne augure pour la rentrée suivante. Cela ne peut cependant nous satisfaire et montre bien le caractère néfaste de cette réforme des rythmes qui met entre les mains des mairies seules, comme à Joigny ou à Laroche (où le problème est le même et où les collègues étaient également grévistes), la responsabilité de la gestion horaire des écoles, envers et contre tous.

A Joigny, une consultation aura lieu l’an prochain (dont les modalités d’organisation ne sont pas encore définies), mais de l’aveu même des représentants de la mairie, le résultat est déjà connu... et nous nous dirigerions donc vers un retour à 4 jours pour 2019 (d’autant que les subventions pour les NAP vont sûrement disparaître...) Nous pouvons donc espérer un dénouement favorable à la rentrée suivante... mais nous ne baisserons pas la garde : nous continuerons à interpeler la mairie, l’Inspection et à nous mobiliser pour que cela soit effectif.

Par ailleurs, l’action nationale menée par le SNUDI-FO en direction du ministère pour exiger le retour à 4 jours partout, sur tout le territoire national se poursuit : Le rythme de 4 jours sera largement majoritaire l’an prochain sur tout le territoire mais ce n’est pourtant, pour l’instant, qu’une dérogation... qui sera en vigueur dans plus de 80% des communes ! Pour le SNUDI-FO, cela ne fait pas de doute : ce rythme doit redevenir la norme partout ! Nous exigeons le retour à un cadre national : 4 jours partout, sur 36 semaines, avec la coupure du mercredi, dans toutes les écoles, sur tout le territoire national.
- Nous vous invitons pour cela à signer et faire signer la pétition pour le retour à 4 jours partout sur le territoire national.

Vous trouverez ci-dessous une carte des rythmes scolaires prévus à la rentrée prochaine dans les communes de l’Yonne dont plus de 90% seront à 4 jours. Cela peut être utile pour ceux qui participent au mouvement et pour avoir une vision globale de l’état des rythmes dans notre département : http://89.fo-snudi.fr/IMG/jpg/rythm...

POUR LE RETOUR A 4 JOURS PARTOUT SUR LE TERRITOIRE !

C’est une évidence, la grande majorité des communes sera à 4 jours l’an prochain : il est du devoir du ministre d’en faire la norme et de revenir à 4 jours dans toutes les écoles, dans toutes les communes, dans tous les départements, sur tout le territoire national !

Lorsque la dérogation devient largement majoritaire, elle doit devenir la norme : Monsieur le Ministre Blanquer se doit de faire de ce rythme de 4 jours le cadre national, la règle pour toutes les écoles.

L’arrêt de la logique de territorialisation de l’Ecole, c’est la garantie du respect de nos statuts, de nos droits, de l’Ecole de la République et de l’égalité d’accès à l’éducation et à l’instruction.

NON à la territorialisation de l’Ecole ! 
- POUR LE RETOUR A 4 JOURS
PARTOUT SUR LE TERRITOIRE NATIONAL :
- Abrogation des décrets Peillon-Hamon-Blanquer !



voir l’article de l’Yonne Républicaine du 18/12 LA MAIRIE D’AUXERRE DEMANDE LE RETOUR A 4 JOURS !

C’est donc la mairie qui nous a appris la nouvelle... Alors que nous avions demandé aux services de la DSDEN la liste des communes qui ont fait la demande de retour aux 4jours (reçues le 15-12 dernier délai)... mais ils refusent de nous la transmettre ! Nous nous adressons au rectorat afin de signaler ce refus d’information à des représentants du personnel élus. Ce n’est pas tolérable. Cherchent-ils à protéger les mairies qui auraient fait le choix, envers et contre tous, de rester à 4,5 jours ? Si tel était le cas, ce ne sont pas les vacances de fin d’année qui nous feront oublier notre détermination : La mobilisation reprendra en janvier ! Tenez-nous au courant de l’avancée du dossier et de toute information à ce sujet dans votre commune. Une pétition, sur cette revendication est en cours d’élaboration et de discussion pour le retour à 4 jours partout sur le territoire national. Le SNUipp ne nous a pas répondu...

Le retour à 4 jours des écoles d’Auxerre est un nouveau point d’appui pour le retour à 4 jours partout, sur 36 semaines,sur tout le territoire national.
Plus encore maintenant, notre exigence prend son sens : Lorsque les dérogations deviennent largement majoritaires, il se doit que cela devienne la norme. Il est du devoir de Monsieur le Ministre Blanquer de faire de ce rythme de 4 jours le cadre national, la règle pour toutes les écoles :
- Abrogation de la réforme des rythmes !


- Le maire de Joigny, M.Moraine nous a reçu comme convenu... mais avec également la FCPE, des représentants associatifs, des conseillers municipaux qui sont pour les 4,5 jours... (il ne manquait plus que le MEDEF !!)
Le débat-consultatif-post-décision, n’est pas ce que nous demandions, mais cela ne nous a pas empêché d’exprimer clairement et fermement notre position : cela ne devrait pas être du ressort de la mairie, l’Education doit rester nationale, pour le retour à 4 jours à Joigny et partout sur le territoire.
Retrouvez le discours du SNUDI-FO 89 lors du rassemblement.

La mairie décide seule, sur des considérations liées aux politiques locales et au budget : C’est d’ailleurs bien le problème et ce qui est ressorti de cette réunion (qui s’apparente à ce que seront les instances de "l’Edcuation Territoriale" si nous de bloquons pas cette course vers la municipalisation de l’Ecole) : Une instance où sont présents, les représentants des personnels, des parents, des associations, des élus, présidée par le Maire... qui à la fin décide de tout, tout seul ! C’est exactement ce que nous refusons : c’est l’Ecole des territoires, c’est la fin programmée de l’Ecole de la République !

Car c’est bien ce qui s’est passé : Malgré la position de plus de 90% des enseignants de Joigny, portée par les collègues et les organisation syndicales présentes, le Maire (qui parle beaucoup de démocratie) campe sur sa position. Pour des questions de budget, car il peut encore toucher les subventions pour organiser les NAP : la ville de Joigny restera à 4,5 jours l’an prochain.

Mais nous n’en restons pas là. Le SNUDI-FO continuera à pousser à tous les niveaux, depuis les communes et les IA, jusqu’au ministère, pour le retour à 4 jours. Nous restons en contact avec le SNUipp 89 et SUD 89 pour faire entendre la volonté des enseignants : pour le retour à 4 jours partout sur le territoire national.
Nous invitons tous les directeurs qui ne l’ont pas fait à réunir des conseils d’écoles extraordianires. Contactez-nous en cas de besoin.

- Maintenant que nous savons que la majorité des communes seront à 4 jours l’an prochain, il est du devoir du ministre d’en faire la norme et de revenir à 4 jours dans toutes les Ecoles, dans toutes les communes, dans tous les départements, sur tout le territoire national ! C’est la garantie du respect de nos statuts, de nos droits, de l’Ecole de la République et de l’égalité d’accès à l’Education et à l’instruction.

- Autre exemple de la réalité de la réforme : la Commune de Chevannes. Alors que les Enseignants sont à 100% pour le retour à 4 jours, que les parents ont été consultés et sont en large majorité pour le retour à 4 jours : le Maire envers et contre tous, n’en fait pas la demande et impose de rester à 4,5 jours, sans aucune explication... il a le droit d’imposer : il impose !! Voilà le cadre "démocratique" introduit par cette réforme des rythmes mais surtout de territorialisation de l’Ecole. Le SNUDI-FO 89 a écrit au maire de Chevannes qui n’a pas daigné nous répondre, alors que même les Maires d’Auxerre, de Joigny ou d’Avallon l’ont fait (même si pour certains, cela ne change rien à leur décision...).

Voilà le cadre de l’Ecole territorialisée.
C’est vers cela que le gouvernement, en s’appuyant sur le rapport du groupe de travail du Sénat sur l’Ecole, veut se diriger.
C’est cela que nous combattons et continuerons à combattre :
- Pour un retour à 4 jours, sur 36 semaines, partout sur le territoire national
- Pour mettre fin à la confusion scolaire/périscolaire et aux PEdT

Il est du devoir de Monsieur le Ministre Blanquer de faire de ce rythme de 4 jours la norme nationale, la règle pour toutes les écoles : NON à la territorialisation de l’Ecole !

Les représentants SUD et SNUipp qui étaient présents se sont dits prêts à poursuivre l’action commune en ce sens. Nous leur proposons une action commune sur cette base (pétition commune).

Les enseignants doivent être entendus. Ce n’est ni aux parents, ni aux mairies, ni aux associations de décider localement des horaires de l’école !
Le cadre national de l’Education doit s’imposer : 4 jours pour tous !
La seule solution reste toujours l’abrogation de la réforme des rythmes Peillon-Hamon-Blanquer !

cale




SPIP 2.0.25 [21260] habillé par le Snudi Fo